L’addiction aux jeux de hasard et d’argent

Les addictions sont des pathologies mentales. Elles trouvent leur définition dans l’irrépressible et maladive dépendance à une substance ou une activité, et ce malgré la connaissance de possibles conséquences délétères. 

Nombreux sont les experts et autres chercheurs qui essaient de mieux décrire les mécanismes favorisant l’apparition d’une addiction, son maintien et enfin les rechutes. Ils cherchent à découvrir les facteurs de vulnérabilité, tant sur les points individuels, sociétaux, qu’environnementaux. Leurs objectifs :  faire de la prévention et garantir une meilleure prise en charge des patients.

Addiction jeux de hasard et casino

L'addiction en trois données clés

  • En France, il y aurait plusieurs millions de personnes concernées par un problème d’addiction
  • Le tabac serait la substance la plus addictive et en tout cas l’addiction la plus commune
  • Lorsque la consommation est précoce alors le risque d’addiction augmente

Les 2 grandes catégories d’addiction

Il existe deux grandes familles d’addiction. Tout d’abord, la consommation répétée d’un produit comme la cigarette (tabac), l’alcool ou encore les différentes drogues, plus ou moins toxiques (voire « dures »). Il y a ensuite la pratique anormalement excessive d’une activité. Par exemple, celle de jouer à des jeux vidéo nuits et jours, au point de contrarier l’idée qu’on peut se faire d’une activité humaine équilibrée ou normale, d’aller au casino tous les jours (au risque de s’endetter et de se ruiner) ou de passer tout son temps libre sur les réseaux sociaux. Les addictions ont toutes pour tronc commun : 

  • une perte de contrôle de l’usager sur son niveau de consommation ou de ses activités
  • un changement de son équilibre émotionnel
  • des troubles et symptômes d’ordre médical
  • des perturbations d’ordre personnel, professionnel, ou social

L’exemple de l’addiction aux jeux de hasard ou d’argent

Un exemple d’addiction et de cycle infernal avec les jeux de hasard et d’argent. Les jeux de hasard et d’argent représentent une activité pathologique pour de nombreux hommes. Le plus souvent, il s’agit d’homme autour de la quarantaine dont le profil est d’être en couple avec des enfants. Leur loisir est de pratiquer des jeux de hasard (comme par exemple la roulette ou les machines à sous au casino) ou des jeux de hasard mélangés avec de la stratégie (paris sportifs, poker au black-jack). 

La motivation initiale est généralement le gain qui procure au joueur une certaine satisfaction. Celle de se sentir bien. L’addiction peut se produire lorsque le joueur perd régulièrement et qu’il décide inlassablement de retenter sa chance, dans l’espoir de se refaire en augmentant les mises, par exemple à mesure que les pertes s’enchaînent. Le raisonnement des joueurs est altéré. Il devient absurde et il va à l’encontre de la logique statistique que les joueurs connaissent pourtant bien. L’addiction s’installe dans le temps et peut durer plusieurs années. 

Les conduites addictives au jeu ont en commun avec les autres addictions, comme l’addiction au sucre (et les troubles du comportement alimentaire) ou les drogues en général, une perte du sens de la réalité et finalement du libre arbitre, par rapport à ce que le sujet sait fort bien être bon pour lui ou au contraire délétère. Découvrir plus d’informations

A propos de Philippe Lamy

Par Philippe Lamy

Thérapeute de la relation (à la ville, au travail et dans le couple) et sexothérapeute,

Fondateur de Spring-MediCare, à Lyon le 12/01/2021

Vous venez de lire cet article en entier ?

Vous êtes praticien et souhaitez interagir dans le réseau avec des patients mais aussi d’autres patriciens ?

Inscrivez-vous gratuitement dans notre annuaire.

Cet article n’est qu’une ébauche que je soumets à la communauté des thérapeutes de notre plateforme, avec l’espoir qu’ils y apporteront leurs critiques constructives et le compéteront par une réflexion plus fouillée et plus étayée au plan scientifique.

La rubrique addictions est en effet destinée en s’enrichir d’une dizaine d’articles complémentaires, voire davantage. La seule contrainte pour les contributaires, c’est qu’ils confient à la plateforme un contenu original qui nous mette à la fois à l’abri des risques de rejet par les moteurs de recherche (pour duplicate content) et d’attaques en plagiat.

Réservez une consultation physique ou en téléconsultation