Y a-t-il des remèdes au sevrage sexuel ?

La masturbation est un pis-aller, car l’altérité (nécessaire à la procréation) est tout aussi indispensable à toute fécondation des idées, des émotions, des sentiments, comme évoqué plus haut. La masturbation ne saurait ainsi jamais remplacer la relation à deux.

Cette relation à deux peut être hétérosexuelle ou non. Car la bipolarité masculin/féminin existe en chacun de nous et elle s’exprime au contact d’un ou une autre, quel que soit son genre apparent.

L’intimité résultant d’une relation amoureuse favorise non seulement le partage d’émotions et d’idées, mais également le partage et l’ensemencement mutuel de mille substances chimiques et autant d’interactions électrochimiques et/ou microbiotiques, grâce aux échanges peau à peau, au baiser, aux caresses bucco-génitale (cunnilingus), bucco-anales et aux pénétrations.

Il est par ailleurs scientifiquement démontré que la masturbation provoque une sécrétion d’ocytocine moins élevée qu’une véritable rencontre amoureuse et sexuelle. Le plaisir solitaire est donc très imparfait.


Philippe Lamy


Suite : La détresse de la solitude sexuelle et émotionnelle 


Vous venez de lire cet article ?

Ne partez pas sans avoir pris contact avec Philippe Lamy, thérapeute de la relation (à la ville au travail et dans le couple) et sexothérapeute

Cliquez-ici pour obtenir un RDV (entretien gratuit et sans engagement).

En savoir plus sur Philippe Lamy