Le cas spécifique du couple philo-cognitif (HPi) ou mixte



Accéder au chapitre consacré au 

Phénomène de Haut Potentiel intellectuel (HPI), Philo-cognition ou Douance en général.

 

Découvrez d’autres articles du 

Blog de Philippe LAMY,

fondateur de Spring-MediCare

Couple HP Thérapie

La particularité de la démarche de thérapie (de médiation ou de coaching), c’est que s’agissant de sujets HPi (ou à haut potentiel intellectuel), ils ont une sensibilité exacerbée, un mode de fonctionnement cognitif à part (une intuition exceptionnelle et un équipement cognitif ultra-rapide) qui intègre bien davantage les algorithmes émotionnels inconscients ou conduites réflexes que les neurotypiques.

Ainsi, lorsque les deux conjoints ne possèdent pas un profil cognitif homogène (c’est-à-dire dans le cas où un seul des deux conjoints présente ce haut potentiel intellectuel) le travail du thérapeute sur l’intelligence de la relation, intégrera davantage le champ émotionnel de l’un (parfois incompréhensible pour l’autre) et son rôle sera ainsi aussi celui d’une sorte de traducteur ou de trait d’union entre les partie

Les problèmes de couple chez les philo-cognitfs adultes

La problématique spécifique des enfants philo-cognitifs (dys- et non-dys-), confrontés au moule de l’école est bien connue et traitée depuis de nombreuses années par nombre de pédopsychiatres, mais les difficultés partagées par ces mêmes enfants philo-cognitifs… lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte et ont formé un couple est reconnue, comprise depuis beaucoup moins longtemps.

La spécificité des adultes à haut-potentiel est : la même fragilité émotionnelle, la même hypersensibilité, la même empathie que celle dont font montre les enfants philo-cognitifs. Ainsi, d’une part ils surinvestissent le couple et développent des attentes émotionnelles démesurées (auxquelles les épaules du conjoint ne suffisent pas toujours) et d’autre part, le moindre malentendu, la moindre remarque déclenche des tempêtes de doute, d’émotions, de reproches et de peurs irrationnelles (en particulier peur de l’abandon, peur de la trahison) que leurs blessures d’enfants modèlent à loisir. Leur bel outil cognitif individuel tout occupé à sa tempête émotionnelle est alors peu efficace à prendre le recul qui s’imposerait.

Les difficultés de communication au sein des couples philo-cognitfs

Ce champ particulier des difficultés spécifiques aux adultes philo-cognitfs au sein du couple est étudié depuis les années 90 par la psychologue parisienne Arielle Adda. Arielle Adda est spécialiste des enfants et adultes souvent appelés « surdoués » qu’elle préfère pour sa part nommer « enfants doués ». Arielle Adda traite depuis plus de trente ans les troubles émotionnels, l’hypersensibilité et/ou les difficultés d’intégration des enfants et adultes HP (en milieu scolaire ou professionnel). Elle a été parmi les premières à s’intéresser à ces êtres à part, dans leur tranche de vie adulte et spécialement à leurs problèmes conjugaux.

J’ai eu la chance de rencontrer Arielle Adda et d’assister à plusieurs de ses conférences. Je vais évoquer devant vous ce que j’ai retiré de nos échanges.

Il existe en effet des couples dans lesquels les deux conjoints sont HP, mais les couples les plus à plaindre sont ceux au sein desquels un seul des deux conjoints ajoute ce mode de fonctionnement particulier aux difficultés de communications (et attentes insatisfaites) que rencontrent déjà nombre de couples dits normaux… Ceci fait ainsi de la douance un véritable handicap au sein de ces couples mixtes.

Couple HPi, couple mixte : la thérapie de couple pour résoudre les litiges

Dans les couples que j’appellerai ainsi « mixtes », les sujets philo-cognitifs empêtrés dans leur fidélité aux engagements pris, leur foi en l’Homme et en l’Autre, leur bienveillance, leur haine du conflit les font souvent s’installer dans le déni et feindre de croire que « ça va s’arranger » et qu’ils pourront un jour toucher le cœur de l’autre pour le rendre bon.

Les HP s’emploient ainsi à ignorer que de mauvaises personnes existent (aux qualités mentales et humaines parfois douteuses) et que ces personnes, souvent jalouses et exclusives n’ont d’autre recours pour réussir qu’exploiter les autres, tromper, mentir, manipuler.

Les HP sont des cœurs simples mais des esprits droits et ils ressentent rarement la jalousie, car ce que possèdent les autres ou ce dont sont capables les autres ne leur parait jamais d’un accès impossible. Et ce guère davantage dans le couple que dans la vie sociale ou professionnelle, par ce que leur confiance en eux les rend confiants dans leur capacité à être aimés pour qui ils sont… même si ce n’est en fait pas souvent le cas… surtout lorsqu’ils sont confrontés à l’incompréhension de non-HP.

Pour le reste, la thérapie de ces couples si particuliers relève des mêmes règles que celle des couples qui ne sont pas affublés de ce handicap HP, mais identifier leurs vraies blessures, leur parler juste et savoir les comprendre est seulement un peu plus délicats.

Voir aussi : Le cas délicat des couples philo-cognitifs, surdoués ou HP et des couples-mixtesphilo-cognitfs

Par Philippe Lamy, à Lyon le 26/03/2020

Vous venez de lire cet article en entier ? 

Ne partez pas sans avoir pris contact avec Philippe Lamy, médiateur, coach, thérapeute de couples et sexothérapeute. 

Cliquez-ici pour obtenir un RDV (entretien gratuit et sans engagement).


En savoir plus sur Philippe Lamy